Cha’bane, un tremplin pour Ramadan

Imprimer

      Anas Ibn Malik, que Dieu l’agrée rapporte : "Quand les Compagnons du Prophète apercevaient la nouvelle lune de Cha'bane, ils s'immergeaient dans la lecture de leurs copies du Coran. Les Musulmans payaient l'aumône [zakat] due sur leur richesse, en fournissant de cette façon les moyens pour le faible et le pauvre de se fortifier dans la préparation au jeûne du mois de Ramadan. Les gouverneurs appelaient les détenus de prison, et faisaient exécuter la sentence sur ceux déclarés coupables d'offenses majeures sous la loi islamique, et libéraient le reste. Les hommes d'affaires se mettaient à payer leurs dettes et à rassembler leurs cotisations. Alors, quand ils apercevaient la nouvelle lune de Ramadan ils se baignaient et se consacraient à l’adoration »

Comme chaque année, ce mois dégage un parfum de Ramadan. L’occasion pour chacun(e) d’entre nous de nous préparer physiquement et spirituellement à accueillir ce mois béni de Ramadan dans la sérénité, la joie et le recueillement.

D'après Aicha, que Dieu l'agrée : le Prophète, paix et salut de Dieu sur lui, jeûnait au point où nous disions: « Il ne rompt plus son jeûne »; et il rompait son jeûne au point où nous disions: « Il ne jeûne plus ». Je n'ai pas vu le Prophète jeûner un mois complet à l'exception du Ramadan et je ne l'ai pas vu jeûner un mois autant que Cha'bane »[1]

Le mois de Cha’bane a la particularité, ces dernières années, de tomber en cette période de l’année où les journées sont longues, difficile ainsi de pratiquer le jeûne surérogatoire  .

Pourtant, d'après Oussama Ibn Zayd, que Dieu l’agrée, il dit : « Ô Messager de Dieu, Je ne te vois pas autant jeûner les autres mois que pendant celui de Cha’bane.» Le Prophète, paix et salut sur lui, dit alors : « Les gens oublient ce mois qui se trouve entre Rajab et Ramadan. C’est pourtant le mois au cours duquel les œuvres montent vers le Seigneur de l’Univers, et j’aime être en état de jeûne lorsque mes œuvres Lui sont montées.»[2]

Ainsi les actes d’adorations ont plus de valeurs auprès de Dieu aux heures d’insouciance, tout comme la prière au tiers de la nuit (pendant que les gens sont couchés) ou le jeûne pendant le mois de Cha’bane (mois avant le jeûne obligatoire de Ramadan) sont plus propices à la proximité et la récompense divines.

Aussi, ne négligeons pas ce mois de Cha’bane aux portes du mois Purificateur. Profitons pleinement de ce mois, à l’exemple de nos prédécesseurs, qui à l’approche de Ramadan, se consacraient au jeûne, à la lecture et méditation du Coran, aux prières surérogatoires, aux bonnes œuvres … pour ainsi être prédisposés à accueillir le mois de Ramadan et avoir le privilège de récolter ses fruits.

« Ô Dieu ! Bénis pour nous le mois de Cha’bane et fais-nous parvenir au mois de Ramadan ! »

 


[1] Hadith rapporté par Boukhari et muslim

[2] Hadith rapporté par Ahmed et Annassaï

Le mois sacré de Rajab

Imprimer

L’Islam se réfère au calendrier lunaire comportant, annuellement, dix jours de moins que le calendrier grégorien. Les douze mois lunaires sont : Muharram, Safar, Rabi’ I, Rabi’ II, Jumada I, Jumada II, Rajab, Cha'bane, Ramadan, Chawwal, Dhul Qi'da, Dhul Hijja.

Parmi ces douze mois, quatre sont considérés dans la religion musulmane comme sacrés. A ce propos, Dieu le-très-haut dit : « Oui, le nombre des mois, pour Dieu, est de douze mois inscrits dans le livre de Dieu, le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre d’entre eux sont sacrés. Telle est la Religion immuable. Ne vous faites pas tort à vous-mêmes durant ce temps. » (1). Le prophète, lors de son dernier pèlerinage, trois mois avant sa mort, s’adressa à ses fidèles en leur disant : « Le temps est revenu à sa configuration initiale, le jour où notre Seigneur a créé les cieux et la terre, l'année est de douze mois, parmi ces mois, quatre sont sacrés, à savoir, trois mois successifs --Dhul qi'dah, Dhul hijjah et Muharram-- et un distinct, celui de Rajab »(2)

Qu’est ce qu’un mois sacré ?

Avant l’Islam, dans leur intérêt commun, les Arabes  avaient proclamé quatre mois, reçus de l’héritage d’Abraham, comme étant sacrés. Pendant ces mois, la guerre était bannie et la paix devait régner. Au point que celui qui croiserait la route du meurtrier de son père ne devait pas s’en prendre à lui. A l’avènement de l’Islam, ces quatre mois ont été confortés dans leur caractère particulier. Désormais, les musulmans (même si durant toute l’année ils se devaient déjà de se préserver de tout mal) avaient l’obligation d’observer une conduite irréprochable lors des mois sacrés, car comme l’a dit le Prophète (pbdl) : « Durant ces mois sacrés, le paradis est plus proche de vous mais l’enfer aussi ». Il dit aussi : « La récompense des bonnes actions y est multipliée et la valeur des péchés aggravée »(3). En ce qui concerne le mois de Rajab, dont nous vivons les premiers jours, le Prophète (pbdl)  rappela ceci : « Ô Seigneur bénis pour nous le mois de Rajab et de cha'bane et fais-nous atteindre Ramadan »(4) 
Ce hadith illustre la valeur préférentielle de ce mois aux yeux de notre Seigneur. Il est donc de notre devoir d’exceller dans notre comportement durant ce mois, en multipliant les bonnes œuvres et en nous préservant de toutes formes de péchés. Puisque, comme nous l’avons souligné précédemment, en période de mois sacré les bonnes actions autant que les mauvaises comptent double.

Lire la suite : Le mois sacré de Rajab

Repas solidaire et festif

Imprimer

Ce samedi 04 Mars 2017, la mosquée de Bouzignac et le service catholique pour le dialogue inter religieux ont organisé un repas solidaire et festif sous le signe de la PAIX. 
La mosquée remercie tous ceux qui ont participé à ce repas , il faut multiplier ce genre d'initiative pour répandre la paix et mettre en exergue qu'un autre monde est possible.

      


      

I like very much this iPage Hosting Review because this is based on customer experience. If you need reliable web hosting service check out top list.

Copyright © 2011, Mosquée de Bouzignac. Tous droits réservés.

Joomla Templates designed by Best Cheap Hosting